Avec cette manifestation André Parinaud renouvelle son permanent désir de donner à voir et découvrir au plus large public. On se souvient des quatorze sculpteurs et leurs œuvres monumentales exposées sur le quai du métro Saint Augustin.
Avec « Mémoires des Rues, Mémoire du monde » il investit huit stations du métropolitain où les voyageurs ont été invités à découvrir les valeurs du « patrimoine au quotidien » d’hier et d’aujourd’hui.

A la station Auber : La naissance de l’Opéra, et le corps du Ballet de l’Opéra, l’orchestre de Haute Normandie, un groupe de Jazz sont intervenus. Les grands couturiers et la mode.

A la station Miromesnil : 34 affiches centenaires de grandes marques. L’UNESCO exposait en grand format les sites et les monuments qu’elle a sauvés depuis quarante ans.

A la station Saint-Augustin : Hommage au sport avec une histoire du cycle depuis la draisienne, les premières voitures jusqu’aux taxis de la Marne. Des champions sont venus s’entrainer sur home-trainer.

A la station Etoile : Une histoire de la chanson avec la participation de grandes vedettes contemporaines.

A la station Châtelet-les-Halles : Evocation de 38 ateliers de grands peintres 1900 (Bouguereau, Cormon …), cependant que des peintres contemporains venaient répondre aux question du public.

A la station Nation : Quelques artisans des derniers petits métiers de la rue ont travaillé dans leurs échoppes au milieu d’une exposition de vieilles enseignes.

A la station Montparnasse : Les PTT et la Monnaie de Paris nous ont compté l’histoire des quartiers de Paris. Une flamme a été imprimée tout spécialement à cette occasion pour les philatélistes, aux armes de l’UNESCO et de la RATP.

Enfin à la station Gare de Lyon : On découvrait l’histoire du Métropolitain, avec une remarquable collection de titres de transport du monde entier.