LA CIBLE

 

Témoin privilégié durant plus de 60 années, André Parinaud posa toujours un œil vif, attentif, sélectif sur toute l’actualité culturelle, politique, sociétale de son époque, n’hésitant pas à rédiger aussi de nombreuses critiques caustiques qu’il titra « La cible », en précisant : « La Cible est une tribune d’humour qui n’engage que ses auteurs. Elle est l’expression de la liberté nécessaire à la vie de tous les arts ». Certaines de ses prises de position, virulentes parfois, lui valurent quelques inimitiés, mais aujourd'hui, au moment du bilan pour « nourrir » les rubriques de ce site, on retient surtout son engagement indéfectible au service des créateurs.

 

Novembre 1973

 


Huitième Biennale de Paris

Editorial d’André Parinaud
Galerie des Arts, novembre 1973

Chaque nouvelle Biennale de Paris  – cette année huitième édition – apporte son lot de questionnements. :  L’Art pour qui ? En créant au 2ème degré (pour les initiés) l’avant-garde accentue-t-elle le divorce avec le public ?... suite

                                                                                                   

La clef sous la porte ou étrangetés
( Galerie jardin des Arts n°131)

Les grands animateurs de notre vie culturelle sont des "étrangers"

Décembre 1972



"Ecole de Nice", expression qui a vu le jour sous une forme interrogative en 1960 dans le journal Combat.
A l’origine ils étaient trois : Arman, Yves Klein et Martial Raysse. Bien d’autres se rapprochèrent : Marcel Alocco, Arman, Georges Brecht, Albert Chubac, Noël Dolla, Jean-Claude Fahri, Robert Malaval, Jean Mas, Serge Oldenbourg, Bernard Pagès, Pierre Pinoncelli, Martial Raysse, Patrick Saytour, Ben, Bernard Vernet, Sacha Sosno.Tous venus d’expression et de courants différents, mais avec une position commune : le rejet foncier des académismes.
Encensée, décriée, adulée, on a écrit tout et son contraire sur l’Ecole de Nice.

Ci-contre deux dessins de Ben

Avril 1975

 

L'irrésistible déchéance de Bernard Buffet
( Galerie jardin des Arts n°146)

Le 25 novembre 1973 est inauguré le musée Bernard Buffet, fondé par Kiichiro Okano (1917-1995), à Surugadaira au Japon — 120 huiles, 200 lithographies de 1948 à 1973 sont alors exposées. En 2016, le musée possède et présente plus de 2000 œuvres (peintures, aquarelles, dessins, livres illustrés, affiches) devenant ainsi la plus grande collection du peintre au monde.
A 20 ans Prix de la Critique, en 1948 à 30 ans première rétrospective à la Galerie Charpentier, s’il fut admiré et largement médiatisé dans la grande presse, il fut aussi indigne par la critique d’art. L'article d’Alain Bosquet lors de l’inauguration du musée Yasushi Inoné au Japon en 1973 montre toute la détestation de l’œuvre et de l’artiste.
La grande rétrospective organisée par le Musée National d’Art Moderne de la Ville de Paris permettra à un large public de découvrir cette œuvre.

 

Octobre 1975


9° biennale de Paris : pour rien !
(Galerie jardin des Arts n°151)


Nous avions dans notre précédent numéro. présenté en avant-première tout le programme de la Biennale sur le plan de l'information. n'ayant pas encore pu juger de la manifestation.
Voilà qui est fait. A. P...  suite