Hôtel du Rond-point - PARIS 8éme - 4 FÉVRIER AU 3 MARS 2002

 L'ART D'ORIENT n'est pas un mirage. Tel un diapason, il donne le sens de l'évolution d'une société que les péripéties de l'Histoire métamorphosent sans cesse. Les oeuvres sont les vrais témoins des vérités atteintes - un test humaniste.

Les sciences mathématiques des Orientaux dépassaient le niveau de l'Occident lorsque la mystique islamique en a fixé les limites. L'esprit de création, lui, n'a jamais cessé de s'enrichir et, aujourd'hui, nous sommes invités à découvrir l'héritage des peuples d'Orient. A travers les étonnantes différences des personnalités des arts, les audacieuses originalités qui font surgir des découvertes plastiques exceptionnelles, nous percevons la qualité d'un dialogue instauré depuis des millénaires, au-delà des frontières et des handicaps, entre les artistes et les artisans des civilisations d'Orient et d'Occident. Ni les guerres, ni les rois, ni les religions n'ont interrompu, malgré les outrances et les fanatismes, la correspondance des deux mondes qui ont constamment progressé dans l'invention et la perfection créatives.

Sur l'autel des arts, malgré tout ce qui pourrait établir des distances infranchissables, s'affirme un mariage de formes, des harmonies colorées, des compositions, des novations de l'imaginaire qui constituent le véritable trésor des millénaires qui ont enfanté la mémoire plastique.
Un milliard de Musulmans sont les porteurs de drapeau de témoignage de l'art d'une civilisation qui appartient, aujourd'hui, au Monde Planétaire, au même titre que l'Occident, et vont constituer les éléments de l'unité de l'espèce humaine qui passe nécessairement par la prise de conscience de la qualité de cette diversité que nous devons apprécier, juger, vivre comme une expérience existentielle.

C'est une grande enquête qui nous est proposée avec la redécouverte d'une collection unique, qui commence à la Préhistoire avec les Nomades du désert qui montrent qu'au milieu des sables, ils rêvaient de beauté à travers leurs coupelles, leurs amulettes et leurs armes. La céramique le confirme. Les bijoux le proclament. Le raffinement des formes est le miroir du mental qui les a fait naître et qui déjà inspirait la taille des silex primitifs.

La mythologie, mais aussi la poésie, les valeurs culturelles des esprits, composent une richesse théâtrale, spirituelle, métaphysique exceptionnelle. Les armes elles-même sont empreintes d'un apparat qui en fait les plus belles du monde. Les cinq courbes de la lame ondulée du Kriss, les poignards ciselés de frises, les fourreaux à décor d'étoiles, nous font regretter l'époque où l'on

Nous retiendrons les pendentifs en bronze, aux patines rouges ou vertes, qui ont inspiré les peintres et les sculpteurs modernes.

Les amulettes sont un enchantement - oiseaux, têtes de cheval, personnages - et font rêver.

L'élégance des samovars, le décor des coupelles, les lampes finement gravées, les vases, composent un climat de grâce.

Nous traversons les espaces, visitons les palais, suivons les caravanes, nous nous parons de bijoux, nous ramassons effectivement les coquillages sur les grèves...

Et nous voyons surgir, avec des coiffes de cérémonie à fil d'or, des manteaux brodés de losanges, les actrices d'un autre monde, comme le pollen d'un passé dont nous ne retenons que la féerie.

Roger Galliano, qui a voué sa passion à la célébration des Merveilles de l'Orient, a composé une exposition sans égal, dont la richesse est dans chaque oeuvre unique.

Nous éprouvons le phénomène d'une déstabilisation, une mise à nu de nos codes habituels de pensée et de sensation.

Chacun de nous est le fruit d'un conditionnement culturel qui nous a fait ce que nous sommes. L'élan de curiosité insatiable du collectionneur transforme notre vision la plus intime de la réalité culturelle, et chacun doit reconstituer ses codes de réflexion et de jugement. Tel est sans doute l'événement de cette manifestation.

Au-delà des contraintes que nous connaissons chaque jour avec les écrans télévisuels qui nous accaparent et assènent leur message d'informations, mais qui traduit violence et ressentiment, nous avons la chance de pouvoir pénétrer dans un monde de délectation et de ravissement qui apparaît comme le triomphe de la sagesse et du plaisir d'être, effaçant soudain les signes des menaces et des provocations.

André PARINAUD - Commissaire Général